Six Rois Mages: OnEira sextet

Prochains concerts:

15 fevrier – Région En Scène – Aubagne – (13)
09 avril – Planète Musique – Nanterre (92)
04 mai – Stanser Festival – Suisse
02 Juillet – Haapavesi Folk -Finlande

En prélude aux prochains concerts du sextet et de ses probables invités, nous livrons ici le compte rendu de leur récital du 28 mai 2010 à Millau (Aveyron), organisé par l’Association ‘Millau en Jazz’

* * * * * *

Avant OnEira, j’étais un peu né. En jeunesse, j’avais tenté davantage. Éveillé mes sens dans le désordre odorant de nos cités du sud. Cherché un départ, endormi sur le pont des ferries, entre Crète et Cyclades. Phantasmé un lointain dans la compagnie d’Iraniens en exil.

Et puis, si vous me comprenez, il fut temps de « vivre au pays », de gratter son jardin, de penser à construire. Très bien. J’ai vraiment essayé.

Un jour, j’ai trouvé un cerf-volant lâché par un enfant qui lui avait confié ses rêves: étrangement il était à ma taille, je veux dire qu’il m’a semblé le reconnaître. A suivre ce fil, à ne pas perdre la voile des yeux, j’ai réappris à regarder les ciels et les nuages. Et une voix disait: Toi, tu vois.

C’est en baissant la tête que m’est apparu le pays soi-disant imaginaire, le vrai vaste monde d’OnEira, avec ses racines et ses grands vents, avec ses villes et les rumeurs de ses gares routières. La Méditerranée est son foyer; l’Asie mineure, sa montagne; la fraternité, sa réserve naturelle. Et l’Occitanie, notre passerelle. Je m’explique. Une culture lointaine, une expression artistique venue d’un autre continent peut nous séduire, voire nous fasciner, et nous demeurer cependant exotique, extérieure. Pour l’approcher, pour la comprendre, et un jour la ressentir, il nous faut davantage: l’expérience d’une vie commune, le chemin partagé d’un passeur, ou un territoire de rencontres et d’échanges. L’Occitanie est pour nous le lieu de ces transmissions.

Voilà pourquoi Pierre-Laurent Bertolino et sa vielle à roue de notre XIIe siècle sont indispensables à notre participation au projet OnEira. Au-delà, l’invention qu’il déploie avec grâce, au départ d’un instrument objet de tous les clichés médiévaux, constitue à mon sens le principal support instrumental de la modernité d’OnEira, de la projection de sa musique dans le futur. Et sur ce plan, il n’a pas fini de nous surprendre.

Bijan Chemirami, porteur inspiré de ce projet, littéralement perfusé d’expression musicale et frotté à tant de cultures, possède la vista et la conviction nécessaires pour agréger ces talents exceptionnels et les installer dans l’évidence d’OnEira. Nul doute que la disponibilité de ce collaborateur des plus grands, sa foi en ce projet, engagent pareillement ses partenaires à mettre toutes leurs ressources et leur coeur sur la table.  La dentelle de son jeu au Zarb (mais quel instrument de percussion fascinant!) – servie par un ingénieur du son qu’il faut féliciter! – offre une densité et une finesse d’émotions proprement inouïes jusque-là.

Kevin Seddiki partage avec lui quelques brillants intermèdes au Zarb, avec une virtuosité dans chaque doigt qui n’a égal que son jeu de guitare, dont la brillance encore illumine toutes les compositions de ce soir.

Harris Lambrakis était absent à Millau et son Ney – dont on annonce les merveilles – nous aura sans doute manqué.

La Lyra de Stratis Psaratelis a soutenu et coloré les compositions dans cette manière irremplaçable de nous projeter, en deux coups d’archet et par les plus belles phrases mélodiques, dans l’intime résonance de la musique. Entre la plainte et le souffle, entre le ventre et le plexus, la Lyra ne parle qu’à vous, ou à moi, c’est un mystère. Celle-ci vient de Constantinople, ouvre sur la profonde Turquie, et bientôt le glissement vers l’Asie mineure est inévitable.

La voix de Maria Simoglu est la Méditerranée à elle seule. Cette fille est incroyable, puissante et souriante. Incontournable dans le sextet, elle lui apporte mille teintes et beaucoup beaucoup de coeur.

Maryam Chemirami. D’où tient-elle ses pouvoirs? D’entrée, son ouverture en poésie ravit mon souffle et le relâche plus haut, gonflant le cerf-volant qui me guide désormais, tout autant que l’appel de son chant. Son Yek Rouz est la plus saisissante démonstration d’une conversation musicale réussie. Plus tard ses incantations de sorcière chasseront de mon coeur les tout derniers démons. Encore un geste, de ses bras qui embrassent, de sa main qui invite, et je partirai en fumée.

Avec le projet OnEira, la musique s’est remise en mouvement, les traditions ont retrouvé une perspective, les sons se métissent et s’enrichissent: voici la culture de demain. Tel est le voeu d’OnEira.

En demi-cercle, six rois mages attentifs soufflent, à celui qui veut naître, les secrets de sa route. A celui qui s’éveille dans ces limbes, la voix dit: « Tu vois? » et il entend « C’est pour toi ».

******

La genèse de cette formation, le palmarès de chacun de ses membres, la naissance de son projet, sa profession de foi sont présentés de la meilleure façon sur le site Web du groupe. J’invite donc à le consulter pour y trouver en outre quantité d’informations et de liens pertinents, tel que l’indispensable agenda des concerts: http://www.myspace.com/oneira1
Comme toutes les rencontres, un concert n’est réussi que s’il est recherché, espéré, attendu, et partagé. Sur ce plan, OnEira 6tet a fait preuve de modestie en remerciant le public de La Maison du Peuple de Millau d’avoir compté pour 98% dans la réussite de la soirée. Une bien élégante tournure pour rappeler que la musique est avant tout langage, entre personnes qui se parlent et qui s’écoutent.
OnEira 6tet est un tout jeune projet: son album Si La Mar est disponible depuis le 31 mai 2010. (www.helicomusic.com)
C’est une chaîne, un mouvement, des acteurs: la musique c’est la vie. On la joue, on l’écoute, elle évoque, elle projette et transforme. La musique c’est le rêve, notre rêve commun.

Publicités
Cet article, publié dans folk, musique, musique des mondes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Six Rois Mages: OnEira sextet

  1. Ping : La Route de la Voix # 1 : Piers Faccini et Francesca Beard | La Maison Jaune

  2. Ping : TÂLE YÂD : LA MEMOIRE INVISIBLE D’ONEIRA | La Maison Jaune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s