La Route de la Voix # 1 : Piers Faccini et Francesca Beard

Aquarelle de Piers Faccini pour La Route de la Voix - St Etienne d'Issensac

Aquarelle de Piers Faccini pour La Route de la Voix – St Etienne d’Issensac

Sud-Cévennes avant l’été. Caresses à la pierre Romane. Derniers recueillements sur le seuil de la chapelle: c’est le départ de La Route de la Voix.

(Saint Etienne d’Issensac –  4 juin 2011)
 

Tout entier dévolu à l’accomplissement de son projet artistique, Piers FACCINI inaugure en montagne un cycle initiatique de concerts éphémères, perles invisibles semées sur la route du nomade sidéré, en quête du sens du son, de la musique célébrée, et de lieux qui élèvent l’âme.

C’est une idée naissante et qui le restera.  Une chapelle, un vieux château, une clairière, .. avec leur charge d’histoire et leur acoustique naturelle. Ce soir-là Saint Etienne d’Issensac. En juillet, Saint Jean de Buèges. Le Causse de la Selle en plein août. D’autres lieux à suivre, sans doute. Piers FACCINI invite un artiste et partage avec lui un répertoire choisi, pour un public restreint. Toutes les volontés réunies accouchent ainsi d’un événement chaque fois unique, volatile, et qui pourtant irrigue, à la manière d’un filet d’eau, d’un ruissellement de pluie: Leave No Trace. Les mots peut-être, seuls en écho, tenteront le témoignage au fil de ces trois premières dates, pour que se perpétue La Route de la Voix.

Il n’aura pas fallu très longtemps à la petite assemblée pour se fondre dans le dépouillement extrême de la petite chapelle de Saint Etienne. Dans le minéral omniprésent et l’élévation de la voûte, la pensée n’a qu’une voie, faite de recueillement et d’humilité. Dans cette irrésistible disposition d’esprit, Piers FACCINI se relie au lieu bien avant d’aborder le chant. Du fond du choeur, il lancera les premières notes de Jesce Sole vers la clef de voûte, précisément comme l’homme de l’art ferait la démonstration de l’acoustique de cet édifice remarquable. D’abord murmurée puis portée haut et clair à mesure qu’il progresse vers l’autel, cette ancienne chanson Napolitaine réveille dans cette chapelle la résonance de célébrations immémoriales. Un bel unisson vibratoire qui ne manquera pas d’exalter le ballet d’une roussette et d’un oiseau: ils survoleront l’auditoire tout au long du concert. Il y a bientôt un an, Piers FACCINI – alors en compagnie de Vincent SEGAL – nous avait offert pareille entame de concert: c’était à l’aube du dernier matin du festival Jazz à Vienne, un Jesce Sole dans la mémoire de tous les présents.

Avez-vous connu ces concerts où Piers FACCINI débute la première chanson a capella, traversant les rangs du public pour rejoindre la scène?  Cette manière n’est pas qu’une délicatesse, une manière douce d’embarquer le public.  Elle illustre à mon avis le sens que Piers FACCINI entend plus ou moins consciemment donner à son rôle d’artiste – chanteur populaire. Toute communauté compte dans ses rangs des artistes gardiens de son patrimoine musical; ils célèbrent et entretiennent cet héritage dans la tradition. D’autres artistes s’emparent de cet héritage folk et le restituent à la communauté dans un traitement nouveau et le propulsent dans la modernité des nouvelles générations.  Les premiers incarnent la mémoire: ils sont nos précieuses bibliothèques.  Les seconds sont des passeurs. Ils ouvrent de nouvelles voies à l’aventure humaine.  Ce n’est pas une prétention; plutôt une fonction sociale plus ou moins clairement consacrée. Ce qu’ambitionnent par exemple Ballake SISSOKO avec Vincent SEGAL, Keyvan CHEMIRANI avec le projet Le rythme de la parole, ou encore ONEIRA 6tet, c’est bien de tisser une continuité entre l’héritage et la modernité, donner des repères, dessiner des horizons qui engagent: voilà comment la musique nous parle. Piers FACCINI est de ces passeurs.  Et lancer son premier chant au cœur de l’assemblée, a capella, indique bien d’où il se revendique; et c’est en quelque sorte cette assemblée qui l’engage, le dirige vers l’avant-scène. Rien à voir cependant avec les grand-messes orchestrées par le star-system. La Route de la Voix s’apprête à faire la démonstration de l’exact contraire, en un court-circuit exemplaire de tous les rouages du show-business, par un contact on ne plus direct entre l’artiste et son public. Tant que l’aventure demeurera collective et partagée, on ne confondra pas la grâce avec le sacré.

A Saint Etienne d’Issensac, Piers FACCINI était donc chanteur populaire au sens profond du terme. Dans cette configuration magique guitare-voix (une Martins vintage, et une National parfaite pour ce concert sans amplification), il a sorti du creuset de nos héritages, outre la chanson napolitaine, le folk anglo-irlandais de Annie BRIGGS (Blackwaterside), le blues de Skip JAMES (Cypress groove blues) et l’Afrique-matrice avec le somptueux Santa Marya de Boubacar TRAORE. Avec ces masterpieces dans les oreilles, on apprécie d’autant mieux ses compositions personnelles et leur puissance évocatrice, comme à contempler un visage d’enfant où l’on reconnaîtrait les traits de toute sa parenté. Ce soir, Each wave, The taste of tears, To see is to believe, reçus le coeur serré;  Three times et  My reply, poignants prémices du prochain album (My Wilderness, vraisemblablement à paraître à l’automne prochain), tout comme New morning dont la cadence projette illico dans les années ’30 et les chants de travail du Dust Bowl; mention spéciale pour Silver light, pas chanté depuis longtemps: vous dire si l’écoute était tendue…!

Puis vint Francesca BEARD.  Piers FACCINI l’introduit en poétesse anglaise, adepte de la « Performance poetry« , mais surtout en comparse de son premier groupe CHARLEY MARLOWE, dont la carrière fut essentiellement britannique, il y a plus de dix ans. Inaugurer La Route de la Voix en ouvrant la scène à Francesca BEARD a donc tout du symbole-hommage, s’il n’y avait le plaisir évident de rejouer ensemble quelques morceaux de bravoure, dans cette philosophie du leave no trace manifestement chère aux deux artistes.

Même les non-anglophones auront été saisis par la puissance organique de la musique des mots de Francesca BEARD. Son terrible conte de fées captive et envoûte d’entrée: le ballet de ses bras, conjugué au théâtre d’ombres offert par les bougies nous colle inexorablement à sa toile, à la merci de sa voix presque païenne et pourtant jamais impie; quel choc!

Les reprises de CHARLEY MARLOWE témoignent clairement d’une tentative d’absorber le folk britannique dans une écriture nouvelle (très belle version de It could be you): un OVNI pour l’époque. Mais ce passage dans le concert révèle autre chose: avec sa présence hypnotique, son énergie brute, presqu’une sauvagerie qui affleure, Francesca BEARD est une chanteuse à part entière. Leurs ombres superposées composent sur les murs séculaires des créatures improbables et fantasques qui effraient la roussette. Et on comprend tout de ce qu’avoue Piers FACCINI qui relate volontiers comment la demoiselle l’a sorti de sa réserve instinctive de peintre pour le propulser en confiance dans un univers musical jusque-là confiné aux limites … de sa chambre d’adolescent! Ces deux-là expriment plus qu’une complémentarité exemplaire ou le plaisir de rejouer ensemble pour la première fois depuis 10 ans. Ils sont, à l’état pur, l’illustration d’une expression artistique conjuguée qui s’exécute d’instinct. Rare. En forme d’hommage, Piers FACCINI jouera seul à la guitare un Picture of you écrit par Francesca BEARD.

Deep blue sea, plus choral que jamais: repris en choeur par le public!! terminera ce récital en un point d’orgue idéal. La roussette et l’oiseau en vibrent encore.

Nous voici dehors et pourtant le compte n’y est pas tout-à-fait. L’occasion était en effet unique d’entendre un live de Dust in our eyes, enregistré par Piers FACCINI et Francesca BEARD sur l’album Two grains of sand. La bonne humeur générale a rendu la chose possible, Piers courant chercher une guitare pendant que Francesca récupérait les paroles sur un exemplaire de l’album. Trois réglages et c’est parti, sur un coin de table, à la lumière des bougies, en cercle autour de nos artistes. Ils tâtonnent à peine, envoient les refrains avec assurance et un sourire fébrile; les dernières notes se perdent dans les applaudissements et les regards brillants: Yeah we did it!

La chapelle est éteinte. Piers signe les affiches du concert et Francesca y jette des volées de mots bruts; il reste un peu de vin, quelques bougies, de la conversation, et beaucoup d’étoiles. Inoubliable? Voyez-vous ça!!

(A suivre au château de Saint Jean de Buèges, le 7 juillet 2011)

***

Pour aller plus loin:

http://www.bouilloncube.fr/ le site de l’association Bouillon Cube, chaud partenaire de Piers FACCINI dans la conception et l’organisation de La Route de la Voix; c’est là que vous trouverez tous les renseignements concernant les prochaines étapes de la route: lieux, dates, invités.

http://www.piersfaccini.com/  le site officiel de Piers FACCINI – ne manquez pas le téléchargement de ses covers, à la section Diary

http://francescabeard.com/  le site de Francesca Beard: sa description du concert de Saint Etienne d’Issensac, tout ce qu’elle a (re)trouvé dans cette chapelle …

http://www.myspace.com/charleymarlowe  la page MySpace de Charley Marlowe, un band du tonnerre! Et ici un EP introuvable en France

Enfin l’indispensable FORUM consacré à l’univers et l’actualité de Piers FACCINI: http://piersfaccini.xooit.fr/index.php

Publicités
Cet article, publié dans blues, folk, live, musique, musique des mondes, oh-les-beaux-murs!, poésie, Route de la Voix, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La Route de la Voix # 1 : Piers Faccini et Francesca Beard

  1. stelfe dit :

    Ah, la route de la voix… Quand la magie opère, l’émotion devient palpable…
    Résolument les plus beaux moments de notre été!
    Merci Piers et merci à Bouillon Cube

  2. Ping : My Wilderness : le nouvel abum de Piers FACCINI | La Maison Jaune

  3. Ping : Route de la Voix 2013: Are you Experienced? | La Maison Jaune

  4. Ping : Songs of Time Lost – La Bande-Son de leur Amitié | La Maison Jaune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s