La Maison Jaune

On se disait depuis les débuts de ce blog, qu’un jour il faudrait que nous expliquions le pourquoi du comment de son intitulé … Dissiper un peu les brumes de notre « about »

Voici, donc.

A la base, nous avions une envie commune, de célébrer, partager, éditer, disions-nous.

Parler de, propulser, faciliter, mettre au jour, exploiter des gisements, des filons, suivre nos intuitions, inviter à explorer les chemins de traverse … Editer ? Oui mais comment ?

Naquit de cette réflexion, un jour, un dialogue :

– Toutes les belles histoires commencent par un délire ! Allez, on commence : « Il était une fois … » (tu continues ?)

– Il était une fois … une maison d’édition appelée « La Maison Jaune » …

Oui, la maison jaune … comme un hommage à Vincent Van Gogh aussi. Je crois que c’est le seul foyer que Vincent ait jamais eu. Sa maison, oui vraiment.

En février 1888 il quitte Paris, il cherche le Sud, la chaleur, les couleurs, fuit la grisaille et s’en va pour Arles. Il rêve de fonder une communauté d’artistes où ils pourraient échanger des idées, créer ensemble, partager leurs frais. C’est son projet, soutenu et aidé par son frère Théo, dont il est entièrement dépendant financièrement.

En grand admirateur de Paul Gauguin, après des mois et des mois de lettres échangées, c’est lui qu’il souhaite accueillir en premier dans leur « atelier du sud ».

Il trouve à louer une aile d’un bâtiment et cela lui convient fort bien. Un atelier et une cuisine au rez, deux chambres à l’étage. Il y entreprend des travaux importants, y installe le gaz, la fait repeindre en jaune « beurre frais ». Il y met toute son âme.

Il se prend de folie pour les tournesols, dont il voudrait « égayer » la maison et en peint tout une série, qu’il accroche aux murs.

C’est une magnifique période pour Vincent. C’est ici que le jaune a commencé à monter en lui, à tout envahir. Un jaune irradiant, jaune vie, jaune soleil, jaune espérance.

Une chaleur d’or en fusion.

C’est également à Arles qu’il réussit son premier ciel de nuit, juste comme il le voulait, enfin ! L’appel du cosmos auquel il répond – et répondra encore – d’une manière merveilleuse.

Il a pour cette maison des idées plein la tête – et le cœur. Je crois qu’il est heureux.

Oui, il l’est.

Et même si le projet de Vincent finit par capoter, nous souhaitions, je pense, nous inscrire dans cette volonté de partage, avec ce blog ; dans « notre » maison jaune, héberger des artistes par le biais de billets, partager nos coups de cœur, nos émerveillements … et ce nom s’est imposé instinctivement.

Pour qu’elle vive encore.

Dans nos rêves pour toujours.

Publicités

A propos Lisa

"I was born to use my eyes - Dream with the sun and the skies -To float away in a lifelong song - In the mist where melody flies" - Nick Drake
Cet article, publié dans uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s