La route de la Voix #3: Piers FACCINI et Dom PINTO

aquarelle Piers FACCINI 1993

Initiée en juin dans le recueillement de la chapelle de Saint Etienne d’Issensac , la Route de la Voix s’était exposée en juillet aux vents fous de Saint jean de Buèges.  A ses pèlerins que le chemin a fourbus, elle offre en août la quiétude et la fraîcheur, la délivrance au bout de la quête.

Il faut d’abord s’extraire du long boyau infesté de marchands qui grimpe de La Clamouse à Saint Guilhem, louvoyer entre les blocs de rochers à la vitesse du désir, puis – sur cette lancée – propulsé dans l’air clair du Causse, dériver jusqu’à La Grange et se poser comme une bulle sur la plus haute branche de la plus haute yeuse du site de Bouillon Cube.  Savourer les bruits de cette paix qui se palpe, y reconnaître des amis, et les rejoindre enfin.

C’était le 17 août dernier  à Causse-de-La-Selle, site de La Grange, la troisième et (provisoirement ?) dernière étape de La Route de la Voix, mini-série de concerts impromptus de PiersFACCINI.  Organisées par l’Association Bouillon Cube, ces rencontres ont associé quelques lieux intimes des Cévennes à un format de récital cher à Piers FACCINI : public restreint, acoustique naturelle, performance unplugged et éphémère pour rendre tout son pouvoir à la mémoire émotive ( Leave no trace).

Le site de Bouillon Cube à La Grange avait ce soir toutes les allures d’un caravansérail.  Avec sa grande bâtisse d’épais moellons, son réfectoire en plein air disposé à l’ombre bienveillante des grands arbres, son écologie joyeuse et le sourire de ses hôtes, la sensation d’accueil, de refuge, et de soulagement s’y ressent presque physiquement : être de passage et pourtant se sentir chez soi!
Le caravansérail, ne sont-ce pas des routes qui se croisent, des histoires qui s’échangent, des amitiés qui se nouent, des denrées qui se troquent, et des artistes qui font vibrer la nuit ?
Vous reconnaissez-vous, chacun ? D’où veniez-vous ce soir-là ? Voyageur, estivant, amateur musico-bucolique, faccinien invétéré, ou tout à la fois ? Dans vos sacs quelles histoires, quels fardeaux, quels espoirs ou quelles résolutions ? Qu’apportiez-vous à la fête ?  Quelle allait donc être votre expérience ?

Ainsi, guidés en file indienne à travers bois jusqu’à rejoindre la petite clairière garnie de bancs et de tapis, nous comprenons soudain que se profile le concert probablement le plus sauvage de Piers FACCINI.  Les enfants ne sont pas les seuls à frissonner à la vue de ce bois épais que la noirceur va gagner bientôt – ou à le braver à grand renfort de parlottes et de rires à peine étouffés.
Trop de monde pour être seul au monde avec Piers ?  Eh bien justement, l’exercice sera collectif et d’autant plus beau :   A l’extinction des feux, le silence descendra instantanément et c’est d’une oreille libre que chacun va détecter parmi les bruits de la nuit en forêt les premières mesures du premier chant.  Comme un fil délicatement tiré à soi, le pas sur le tapis de feuilles mortes, la cadence des grelots, le gospel du chamane montent lentement vers l’assistance, médusée par la simplicité et l’intensité du transfert dans le rêve éveillé : nous avons bel et bien franchi la Porte.

Piers FACCINI, on le sait, n’est pas avare d’innovations ou de nouvelles versions sur des chansons qu’il rode ou d’autres plus anciennes de son répertoire.  Chaque concert s’en trouve donc unique.  Un enchaînement très inspiré de Time of nought, My wilderness, et Three times betrayed composera le premier bouquet de ce recital.  Juste la voix de Piers fondue dans l’accompagnement à la guitare-dobro National.  Caisse métallique et table bombée, cette version boostée de la guitare folk est née dans les années ’20 afin de lui garder sa place au sein des puissantes fanfares et autres orchestres de rue.  Le timbre particulier de la voix de Piers compose une harmonie étonnante avec la sonorité sèche de l’instrument, sur des titres anciens- connus sur des arrangements plus nourris, ou des nouvelles chansons dont cette version nue sera la braise de grands feux à venir.

En associant les deux prochains titres, Piers FACCINI confirme sa culture musicale native dans le Blues rural du Delta du Mississipi et ses racines africaines.  En forme d’hommage aux maîtres, il enchaînera un Santa Marya de velours et le poignant Hard time killin’ floor, saluant respectivement l’Afrique de l’Ouest avec Boubacar TRAORE et le sud des Etats-Unis avec le bluesman-poète Skip JAMES.

Dans la formule consacrée sur cette Route de la Voix, Piers FACCINI invite cette fois la jeune violoncelliste Dom PINTO.  On a salué avec chaleur ses apparitions dans les films de La Blogothèque dans lesquels Piers chante avec CAMILLE (voir les liens ci-dessous).  Non contente de jouer avec brio de son instrument, Dom chante dans son brésilien maternel des petites merveilles ; peut-on cacher que Piers FACCINI vient tout juste de réaliser le premier album de Dom ? A paraître et à guetter sur son website !!  Dom chante quelques –uns de ses titres, Piers l’accompagne à la guitare. On est sous le charme, conquis par cette artiste qui s’expose comme pure expression artistique, tout son être projeté dans le chant du moment.  C’est rare et généreux – on n’a pas envie de lâcher !

Dans la clairière de La Grange, Dom est en confiance pour lâcher le violoncelle au bout de ses cordes, habiles à nouer les ventres aux accents de Streets of Forbes, ce traditionnel du folk britannique, repris par Piers FACCINI (avec Dom au violoncelle) dans la série de covers qu’il propose régulièrement sur son site.

Piers a cette histoire d’amour avec les violoncelles, de Vincent SEGAL, Claire MENGUY et donc Dom PINTO, au gré de concerts, d’enregistrements, ou des films du réalisateur JEREMIAH sur La Blogothèque et VIMEO.
Plusieurs compositions semblent être nées dans cette sonorité et son assemblage avec la voix de Piers FACCINI.  Sans amplification, au plus près des auditeurs-spectateurs, l’occasion était trop belle à La Grange pour faire vibrer les bois du violoncelle et de la vieille guitare Martins, en appui sur des chants qu’on dirait comme choisis pour ce soir.  Each wave that breaks, No Reply, Two grains of sand : Dom est fine, assurée, mélodique en diable !  Piers emmène ses chansons vers de nouvelles vies; elles sont faites pour ça!
Belle complicité des voix à nouveau sur la reprise de DYLAN : One more cup of coffee (le violoncelle bien à la hauteur du fiddle de la version originale) et Tribe, premier single (au format digital) du prochain album de Piers FACCINI : My wilderness (dans les bacs le 26 septembre).  Tribe  est une chanson fleuve, de grandes eaux qui charrient beaucoup d’histoires ; plein de couches dans ce titre dont on reparlera à la sortie de l’album.

La clairière palpite d’étincelles lorsque Piers clôt le récital avec Catch a flame ; cette chanson est ici à sa place ; petite flamme-guide, réconfort, source de vie dans l’épaisseur et la solitude des grands bois.  Piers la chante comme ça je crois.

Talk to her en rappel, alors que la lune monte derrière les chênes.  Piers FACCINI nous laisse toujours sur une sacrée ligne d’horizon.

***

C’était La Route de la VoixSaison 1 sera-t-on tenté d’écrire, tant il est évident que le concept est appelé à vivre d’autres éditions.  Piers FACCINI a convaincu que d’autres concerts sont possibles, proposant par ceux-ci l’expérience unique de rencontres qui enrichissent autant l’artiste que le public. L’industrie construit ses autoroutes mais nous dénichons les chemins de traverse, les sentiers de montagne. La musique est née là, rythmant le pas, animant les étapes, fêtant les retrouvailles.

Cette série d’articles a suivi les étapes de La Route de la Voix moins comme une chronique que pour rendre compte d’un vécu parmi d’autres de cette expérience proposée par Piers FACCINI.  On peut penser qu’il en a lui-même tiré quelques satisfactions et certainement de belles émotions.  Peut-être avez-vous croisé cette Route.. ou encore ce concept de concerts sauvages vous donne-t-il matière à réflexion ou à projet ?  Le Forum des Fans de Piers FACCINI pourrait accueillir ce genre de débat.  Allez donc faire un tour dans cette médiathèque faccinienne, elle regorge de trésors !

***

Pour aller plus loin:

Piers FACCINI, la section « diary » en particulier, pour les covers
http://www.piersfaccini.com/journal/index.php?pagin=4

Skip James
https://lamaisonjaune53.wordpress.com/2010/01/11/skip%C2%A0jame-et-le-style-bentonia/

Le forum des fans et la médiathèque!
http://piersfaccini.xooit.fr/index.php

Dom PINTO, le site et les clips vidéo avec Piers et Camille
http://www.myspace.com/dominiquepinto

La Blogothèque, le pays où rêve le réalisateur Jeremiah
http://www.blogotheque.net/

Publicités
Cet article, publié dans blues, folk, live, musique, musique des mondes, oh-les-beaux-murs!, Route de la Voix, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La route de la Voix #3: Piers FACCINI et Dom PINTO

  1. celant nathalie dit :

    ce doit être 1 toal bliss ces concerts sauvages-étapes de la route de la voix !
    à quant 1 date ds mon coin : les côteaux du sud-ouest lyonnais (à St Laurent d’Agny, 25 kms de Lyon & 30 de St Etienne, on peut dénicher des endroits aussi féeriques, que ceux décrits précédemment !)
    j’y crois, c’est beau de rêver…à++++++++++ (FILIA* comme on le dit en grec )

    *:BISES

    • ideious dit :

      Hello Nathalie et merci pour votre lecture.
      Vous trouverez en suivant ce lien quelques videos de Jeremiah illustrant au plus près les ambiances et les lieux dont nous parlons

      oui c’est possible chez vous: make it happen!

  2. Ping : Dom La Nena chante pour le coeur | La Maison Jaune

  3. rechab dit :

    Bjr — et cette « route de la voix » aura-t-elle une suite ces années ?

    • Bonjour à vous! Oui, la Route de la Voix – édition 2014 – commencera début juin, avec une jolie voix féminine en invitée (sans pouvoir en dire plus à cette heure!). Aucune info par contre sur la participation de Dom la Nena sur les autres dates de la Route .., si telle était votre question? En temps utile, l’annonce de ces concerts est disponible sur piersfaccini.com ou sur le Facebook de l’artiste. Vous aurez noté que Dom La Nena sort aujourd’hui son album de duos avec Rosemary Standley (Moriarty) – le nom du projet et de l’album est ‘Birds on a wire’. A bientôt et merci de votre intérêt pour La Maison Jaune.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s