Concerts Belges de Piers Faccini : Les Aralunaires et Les Nuits Botaniques

Lettre à ma nièce qui chante de tout son cœur,  à mon vieux pote tailladé par la vie, à Piers Faccini (after the show)


(C’est ma piste dans les bois, le flux nourrissant de mon ruisseau, depuis sa source jusqu’à la cascade où je bivouaque aujourd’hui. Gratitude à mon « pays » pour ce que je suis ici, et coquilles de noix soufflées à contre-courant, remplies d’envies de partages avec vous, là-haut)

* * *

Comme si s’y étais, comme un coup de fil pour t’embarquer au concert: « Viens voir ça, une fois dans ta vie! C’est pas le viaduc de Millau ou la 8e merveille du monde – mais ça va te parler. Viens. »

Le plan c’est de te plonger le temps d’un récital dans l’univers d’un artisan de la chanson folk d’aujourd’hui, une merveille d’harmonie entre la musique, un lieu magique, et un auditoire qui participe.  Je n’essaie même pas de te convaincre que ce Piers Faccini, c’est assurément ton style et que tu vas adorer: peut-être et tant mieux pour toi!  Mais pas question ici de repasser les plats de tous mes articles passionnés sur les albums et les concerts du bonhomme: ça, pour le coup, c’est mon affaire.

de quoi parle-t-on?

  • Les Aralunaires Festival à ARLON et concert en solo ce mercredi 2 mai.
    Ara Lunae ou « l’autel de la lune », un des plus anciens noms de la ville d’Arlon, devrait plaire à l’artiste.  En quelques éditions, ce Festival de printemps a su installer une ambiance d’écoute de haute qualité.
  • Les Nuits Botaniques  Festival à Bruxelles et concert en duo le jeudi 17 mai.
    Dans un édifice devenu mythique, Piers Faccini se produira le 17 mai dans la prestigieuse salle du Musée, en un set acoustique rehaussé par la présence de la sensationnelle violoncelliste Dom Pinto.

Tu chantes, ma nièce, du matin au soir, avec une fraîcheur, un appétit, et un plaisir que je te conjure de garder vivants quoique la vie te réserve.

Alors viens voir ça.  Constater de près ce qu’on peut devenir, comme artiste, en restant fidèle à une démarche singulière, personnelle, branchée sur des convictions, et avec une attention obsédante portée à la création dépouillée de tout artifice.
Sa voix – ou la tienne -, comme elle est parce que c’est la vôtre; des instruments – de préférence acoustiques, pour tout ce qu’ils peuvent rendre et faire vibrer; une écriture et une mélodie branchées sur la sincérité, seules capables de résonner chez les autres.
Tu détecteras sans doute, dans le chant ou le jeu de guitare, une technique de dingue, mais le show n’est pas là.

Ce qui bluffe ici, c’est cette petite chose en suspension dans l’air et que tous les présents recherchent, ce fameux courant qui passe entre l’artiste et l’auditoire.
J’ai parfois cette conviction en effet que Piers Faccini n’écrit ses chansons ou ses arrangements (ils changent d’ailleurs à chaque concert!) que pour capter ce courant, cette vague.  Tu dois déjà savoir de quoi je parle.
Et quand cette connexion est établie, tous les registres sont possibles, crois-moi: un gospel a capella, une tarentelle, un vieux blues, ou toutes les chansons qu’on peut écrire aujourd’hui pour interpréter le vaste monde.

Les voyages forment la jeunesse: Go for this one!

* * *

Dans la salle, mon vieux pote, un peu perplexe.  Tu es là pour me faire plaisir; les « révélations », musicales ou autres, c’est pas ton truc.

Alors oublie.  Oublie d’écouter les albums avant de venir.  Oublie que tu devras juger, à la fin du concert, si tu as aimé ou pas les chansons de Piers Faccini.  Et pose ton focus sur tout autre chose: une parenthèse poétique dans une vie où on ne fait pas ce qu’on veut, où le quotidien t’assène que tu n’as pas le temps pour des bêtises.  Si tu veux tenter le coup, un récital de Piers Faccini est un bon véhicule d’expérience.  Dans ses chansons, il y a des histoires: les siennes ou d’autres qu’il a entendues.  Ça pourrait être les tiennes ou les miennes: nos galères, nos grandes joies, .. rien de nouveau?  Sauf la langue, musicale et poétique, les  sentiments respectés sans hold-up sur les émotions, les souvenirs réveillés.  Et au final, on ne sait comment, la certitude d’avoir avancé, d’avoir éclairci un peu les choses.  C’est très diffus, difficile à mesurer, mais on le ressent assurément.

Le dépouillement et l’intégrité des propositions de Piers Faccini rendent cette conversation possible, une conversation entre personnes disponibles, sans que l’une d’elle ne la dirige dans une direction quelconque.  Rien de mystique ou de grave là-dedans.  C’est juste un petit voyage dans notre étendue sauvage intérieure.
Voilà vieux frère, c’est « à prendre ou à laisser ».  Tranquille.  Mais tu verras: cet artiste est à la recherche de ça autant que toi – si tu joues le jeu.  Réceptif durant le récital à ce que l’auditoire acceptera de mettre sur la table, par la pensée ou par le cœur (ce ne sont pas des gros mots!) pour – en retour – donner une interprétation de ses chansons qui aide ou prenne soin.

* * *

Quant à toi, Piers Faccini, voici le genre d’oiseaux que tu peux trouver en face, juste derrière le premier rang de groupies (!), en Belgique ou ailleurs.  Tu l’as bien cherché!
Ici tu rencontreras des Belges offrant sans complications un accueil à bras ouverts, dans des salles de concerts magnifiques, et une grosse envie que tu t’y sentes bien.  Et pour ce qui est des parlottes après le concert, tu verras par toi-même.

A vous de jouer, tous.  Bons concerts.

Tribe

Publicités
Cet article, publié dans blues, folk, live, musique, oh-les-beaux-murs!, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s