Un livre à célébrer (A Strange Frenzy – Dom Gabrielli)

 De la célébration du livre

La naissance d’un livre est un événement à célébrer plus que jamais, en ces temps où le numérique a tendance à prendre le pas sur le papier.

Elle est témoin de ce que des écrivains, des poètes s’attachent encore, et de plus belle, à mettre toute leur attention dans la confection d’un objet qui soit nourricier. Dans cet amour du beau – du livre-objet qui va nous régaler non seulement par ses mots et le dialogue à chaque fois particulier, intime et personnel qu’il va entretenir avec son lecteur – ils vont alors se préoccuper de réjouir tous nos sens.

Tous nos sens, oui.

Car c’est par une multitude de salutations que le livre va prendre contact avec son lecteur.

Salutation visuelle d’abord, où le livre va venir à notre rencontre dans son habit de fête, choisi avec soin. Par l’enchantement d’un dessin, d’une forme, d’une ou plusieurs couleurs, nous allons être incités à prendre le livre en mains, à le retourner ; les yeux vont alors se poser sur et dans l’entier du livre.

Salutation olfactive maintenant … avec l’irremplaçable plaisir éprouvé à plonger le nez au milieu des pages pour en humer le parfum.

Salutation tactile ensuite, où le lecteur va partir à la découverte de l’anatomie du livre, va chercher à percevoir sous ses doigts le grain du papier, la texture de la couverture, la souplesse des feuillets.

En parallèle, la salutation auditive sera celle du chuchotement des pages tournées, légèrement arquées, repoussées impatiemment ou délicatement feuilletées.

Quant à la salutation gustative, elle sera celle des saveurs que les mots laisseront dans la bouche du lecteur ou sur sa langue, un petit goût de découverte, une note de fraîcheur, quelques arômes jusqu’alors inconnus, une douceur veloutée ou un piquant tonique, bref, une alchimie toujours sans pareil.

La naissance d’un livre est un événement à célébrer, ensuite, car nous allons passer la porte, la frontière d’un territoire jusqu’alors inconnu, partir à la découverte de nouveaux horizons avec la promesse de l’inattendu serré au creux de notre poing ou tout au fond de notre poche.

De quoi se réjouir également car c’est une voix qui vient à la rencontre de ses lecteurs, porteuse d’un chant, d’un cri ou d’une déclaration, de tout cela à la fois et de bien plus encore. Une voix qui, par le livre, va commencer à vivre une vie nouvelle, dans un vêtement, une dimension autres.

Le livre dont La Maison Jaune célèbre aujourd’hui la parution accueille son lecteur par cette citation de Gilles Deleuze : « Toute écriture est une lettre d’amour ».

Le ton est donné –

A Strange Frenzy – Dom Gabrielli

De l’amour d’un poète pour un autre, de ses lectures renouvelées au fil des ans puis de la rencontre du lecteur et du poète qui seule est à même de créer et recréer le poème, sont nées les dix-sept évocations qui, ensemble viennent former le corps d’un nouveau livre paru tout récemment aux éditions Unbound Content : « A Strange Frenzy » de Dom Gabrielli.

C’est par une poésie sensible et sans cesse en mouvement, que Gabrielli nous invite à nous mettre en mouvement nous aussi et à le suivre dans ses explorations tout en dialogues avec le mystique Rûmi, poète soufi.

Le dialogue se ressent d’ailleurs jusque dans la mise en page, où chaque poème est disposé en regard de la citation de Rûmi de laquelle il est né, le pli du livre devenant alors point de rencontre, d’union.

C’est dès lors dans cet espace autre, dans cette dimension toute particulière à la croisée des chemins, là où nos divers horizons intérieurs se confondent avec les paysages alentour, là où le mouvement d’un poème en rejoint un autre, l’accompagne pour un temps, l’affronte ou le traverse, qu’il nous sera donné de goûter aux divers fruits récoltés par le poète, visions, esquisses, pensées.

in the patterns of your gay meander
i lean into the ropes of nothing
where your voice courts
the invisible murals
of absence
(A Strange Frenzy – Poem VI)

Au fil des mots, nous serons conduits à l’exploration de l’amour et de ses différents visages, de sa présence et de son absence, de ses expressions ou du chant du silence qui s’en élève … exploration encore de l’Univers … de l’âme et de ses méandres …

i am the one in the series
 whom in you stays
 finding the path to the chests in your soul
 (A Strange Frenzy – Poem XVII)

… avec la sensation, comme à la suite des derviches tourneurs, d’être conviés à prendre part à la danse des étoiles.

Dans une belle légèreté encore, les délicates illustrations d’Emily Faccini, tels de petits bijoux en filigrane, viennent ici ou là donner une touche aérienne aux pages en attente, pour un résultat absolument délicieux.

Aucune nécessité de connaître Rûmi pour aimer cet ouvrage et l’apprécier pleinement. Les citations choisies se suffisent à elles-mêmes et nous permettent d’entrer facilement dans le livre. Il y a même à parier qu’elles donneront également l’envie de poursuivre la découverte …

Et si vous aimez déjà Rûmi, c’est alors l’occasion d’écouter cette voix qui vient le questionner, dialoguer avec ses poèmes, pour l’approcher depuis une multitude d’autres angles de vue.

Vous l’aurez compris : pas d’hésitation possible, ce livre est un cadeau à s’offrir. Que du bonheur en perspective.

Lovers don’t finally meet somewhere.
They’re in each other all long.
– Rumi –

********
(Il est encore à préciser que, comme son titre et les citations le laissent penser – mais pas la langue dans laquelle est rédigé cet article … – ce sont des poèmes en anglais. Toutefois, quelques notions standard de cette langue devraient permettre d’aborder le livre sans trop de problèmes.)

Pour passer commande, choisir l’un de ces liens, selon votre localisation :
Unbound Content
Amazon.fr
Amazon.com
Amazon.co.uk

liens utiles :
site internet de l’auteur
site internet de l’éditeur

et encore :
un précédent article de La Maison Jaune consacré à Dom Gabrielli

Publicités

A propos Lisa

"I was born to use my eyes - Dream with the sun and the skies -To float away in a lifelong song - In the mist where melody flies" - Nick Drake
Cet article, publié dans littérature, poésie, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s