Le duo Courvoisier – Halvorson – L’avant-garde au-delà du Jazz

Étincelles et volutes impressionnistes en vue avec la guitariste américaine Mary Halvorson et la pianiste compositrice d’origine suisse Sylvie Courvoisier, figures marquantes de la scène alternative jazz new-yorkaise. Cordes rythmées et cordes mélodieuses seront en dialogue ce jeudi 11 octobre sur la scène de la Salle Nougaro dans le cadre du Festival Jazz sur son 31 en partenariat avec le Conseil départemental de la Haute Garonne et Un Pavé dans le Jazz.

Duo Courvoisier Halvorson © C.Mardok

Duo Courvoisier Halvorson © C.Mardok

Crop circles, titre de leur album commun paru en 2017, emprunte mystère et enchantement à ces phénomènes de cercles géométriques observés (de haut) dans les champs de céréales.

Voici deux filles aux univers forts, très personnels, et plus qu’affutées pour l’improvisation, qui conjuguent abstraction poétique (« Woman in the Dunes »), limbes et profondeur (« Absent Across Skies »), grain de folie et gravité (« La Cigale »), avec l’aisance que seule autorise une grande maîtrise et une grande culture.

Deux habituées des duos autant que des grands ensembles : citons sans hiérarchie Mark Feldman, Drew Gress, Marc Ribot, Kenny Wollesen, Ellery Eskelin, John Zorn, Erik Friedlander, Herb Robertson, Enrico Rava, Evan Parker, Bill Frisell.

Deux têtes, deux lames dira-t-on mais douées pour le partage, la communauté, les cercles, les ronds dans l’eau.  Quatre mains pour un seul cerveau, capable de se couper en deux comme celui de Courvoisier au piano lorsqu’elle abandonne sa main droite dans une poursuite serpentine des notes d’Halvorson, alors que la gauche offre sans effort l’harmonie cordiale qui soutient l’ensemble (“Downward Dog”).

Duo Courvoisier Halvorson © C.Mardok

Duo Courvoisier Halvorson © C.Mardok

D’autres compositions (“Your Way”) démontrent que les jolies mélodies, immersives, captivantes, ont aussi leur place dans l’avant-garde.
Cette avant-garde est bien au-delà du jazz ; on pense – sans nostalgie mais dans l’esprit –  à cette époque bénie des ingénus visionnaires comme Satie, Fauré, Ravel, Debussy …

C’est la musique sur son fil, aux avant-postes mais pas que pour la forme : pour le ravissement des sens, toujours.
Et ça fait partie de la programmation audacieuse de la Salle Nougaro de Toulouse.

Publicités
Cet article a été publié dans jazz, live, vie culturelle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s