Brahim Dhour Quintet : l’impulsion arabo-andalouse


(En concert à l’Espace Croix Baragon de Toulouse – jeudi 09 et vendredi 10 avril 2015)

 

Brahim_Oud

 

Ce musicien inventif et généreux est l’invité préféré de nombreux projets innovants autour des musiques du monde et du jazz.  A Toulouse, en France et au-delà des frontières, son ferment arabo-andalou fait des merveilles, suscite des inventions collectives imprévisibles.  Car Brahim Dhour est une couleur : un rouge à secrets, échappée subtile de ses cordes pincées ou frottées.  La moindre de ses ornementations est un arrangement, une écriture libre et inspirante.  Impossible de le réduire au violon ou au oud qu’on recherche pour compléter un set ou garnir une line-up : Brahim est un auteur à part entière, on le sait, on l’attend. (1)

Cette veine créatrice qui l’infuse et anime ses doigts, Brahim Dhour l’accueille désormais pour elle-même, lui donne du champ et un nom : Brahim Dhour Quintet, car cette fois c’est son tour.

« La musique arabo-judéo-andalouse est pour moi beaucoup plus qu’un répertoire.  J’ai baigné dedans enfant, c’est ma culture, un terreau nourrissant.  Mes compositions y prennent naturellement racine et s’enrichissent de mon expérience, de mes collaborations avec d’autres musiques, d’autres cultures.  Je ne cherche pas à écrire dans un style particulier : c’est la composition qui décide.  Une mélodie va appeler telle et telle partition de basse ou de percussion pour être harmonieuse, j’aurai peut-être envie d’essayer une voix pour sublimer le bouquet, puis je chercherai les musiciens. »

 Brahim1

L’intention de donner corps à son projet personnel anime Brahim depuis 2006, époque de la création de son quartet AMAZIR.  Une aventure intense et exigeante (compositions, tournées, ..) dont avaient eu raison les engagements simultanés des musiciens sur d’autres projets.

Le goût d’y revenir s’était manifesté un peu spontanément, il y a quelques mois, sous la forme d’un trio pour une date unique au Café Plùm de Lautrec (Tarn).  Avec Grégoire Oboldouieff à la contrebasse et Florent Rousset aux percussions, la cohésion de cet ensemble pour un concert à peine répété avait impressionné Brahim Dhour.

A l’heure de choisir ses acolytes pour les premiers concerts du nouveau quintet, Brahim Dhour a une seule exigence : la liberté.

« Pour moi, le facteur humain compte à 200%.  Bien sûr les partitions sont écrites par moi, mais je tiens absolument à ce que les musiciens se sentent libres dans leur contribution, si le fil conducteur que je propose leur parle et les stimule.  C’est pour moi la clé de l’équilibre et de l’harmonie pour que la musique écrite s’épanouisse.  Et quand on atteint ce niveau d’entente,  c’est une récompense, on le sent, même en dehors des répétitions et des concerts. »

Le Brahim Dhour Quintet s’est confirmé à l’issue d’une résidence à Saint-Antonin (Tarn et Garonne) avec l’association « Même sans le train ».

Voici sa composition :

Brahim Dhour : Oud, violon

Servane Solana : chant et vocalises, guitare, percussions ; croisée dans une collaboration au sein d’un projet de Benoît Mardon, Servane apporte une couleur latine dans un style arabo-andalou qu’elle explore ici pour la première fois.

Florent Rousset : percussions ; grand amateur d’instruments arabes et des Balkans, complice de Brahim, capable de faire chanter ses peaux par-dessus l’indispensable rythmique.

Greg Oboldouieff : contrebasse et gros cœur ; bassiste rock et jazzman dans l’âme : c’est le jeune qui monte, capteurs ultrasensibles pluggés sur la passion sinon rien (et ça, c’est pas possible…).

Paul Goillot : piano, donc rythmique et mélodie ; oui, c’est bien lui le pianiste des Fabulous Troubadours !!  Donc jazz, tchatche, latino et .. très attendu à la sauce arabo-andalouse.

Vous l’avez compris, les concerts Croix Baragnon du Quintet vont illustrer une musique plus qu’actuelle : les alliances de Brahim Dhour et l’harmonie qui s’en dégage traduisent dans cet autre langage les métissages qui font la musique vivante et la vie tout court.

Ne manquez pas cette fête et les dates qui vont suivre !

 * * * * * * * *

 Billetterie web, dates et lieu  en lien sur cette page :

http://www.ma-case.com/newsletter/brahimdhourmars2015.html

Une carte de visite en 4 titres : l’EP Tingis, en écoute ici et disponible les soirs de concert

 

(1) Rien moins que dans les projets de Benoît Mardon, Nadia Chemoul (Isha), Didier Labbé (Musique de chambre à part), Nadine Rossello (Vagabonde), ou plus récemment le spectacle « CENDRILLON Cuento Flamenco » de Vanessa Domiati et Mirabelle Miro.

Publicités
Cet article, publié dans jazz, live, musique, musique des mondes, vie culturelle, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s